Accueil > Actualités > Les métiers de la protection judiciaire de la jeunesse

26 janvier 2009

Les métiers de la protection judiciaire de la jeunesse

Archives versées par l'école nationale de protection judiciaire de la jeunesse.

Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) : formation 1940-2002 (33,2 ml).

Installée depuis 1951 à Vaucresson, l'école nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ, ancien CNFE-PJJ : Centre national de formation et d'études de la protection judiciaire de la jeunesse) a ouvert ses portes en octobre 2008 à Roubaix. Ce déménagement, prévu depuis 1994, a entraîné ces dernières années de très nombreux versements aux archives du ministère de la Justice.

L'école est chargée de former l'ensemble des personnels de la protection judiciaire de la jeunesse (directeurs, éducateurs, secrétaires, assistants sociaux, psychologues, infirmiers...). Elle mène également des activités de recherche dans le domaine de la pratique éducative. Les archives de l'école versées aux Archives nationales représentent un total de 225 mètres linéaires.

Concernant la formation, les versements comprennent les dossiers individuels des stagiaires (agents de catégorie C, assistants sociaux et infirmiers, directeurs, éducateurs, professeurs techniques, psychologues et secrétaires d'intendance) de 1952 à 1997, aussi bien en formation initiale qu'en formation continue. Ces dossiers contiennent des informations biographiques sur le stagiaire, les appréciations des formateurs et directeurs d'institutions ainsi que le détail des stages effectués. Précisons néanmoins que toutes les années n'ont pas été intégralement conservées : en raison du nombre de plus en plus important de stagiaires, il a été procédé à un échantillonnage aléatoire des dossiers pour certaines promotions.

Complétant utilement ces informations personnelles, d'autres dossiers concernent l'organisation de la formation depuis 1940 jusqu'en 2002. Enfin, on trouve également les mémoires de concours des chefs de services éducatifs en 1999 et depuis 2002. Les mémoires de fin d'études, quant à eux, sont toujours conservés à l'ENPJJ avec leurs archives les plus récentes.

Ces dossiers se révèlent très intéressants pour tout chercheur traitant de la protection judiciaire de la jeunesse, des professionnels chargés de l'enfance délinquante, ou plus particulièrement de la professionnalisation de ces métiers – comme ce fut le cas pour les directeurs à partir de 1995.

Ces archives historiques sont conservées aux Archives nationales à Fontainebleau. Les dossiers individuels sont communicables au bout d'un délai de 50 ans, mais les documents administratifs ou pédagogiques sont librement communicables.

pied de page