Accueil > Actualités > L'annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles

30 juin 2010

L'annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles

Un instrument de recherche précieux pour les historiens et chercheurs

Cette base de données présente les carrières et les données d’état civil de l’ensemble de la magistrature française ayant été en fonction de 1827 à 1987.
Version complétée et corrigée d’une recherche scientifique réalisée avec le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice, elle a été réalisée par Jean-Claude Farcy au Centre Georges Chevrier (UMR 5605, Université de Bourgogne, Dijon). Elle est interrogeable en ligne.

L'Annuaire rétrospectif de la magistrature française XIXe-XXe siècles est assimilable, par son contenu et sa consultation, aux Annuaires de la magistrature.

Reposant sur le dépouillement exhaustif des fiches de carrières des magistrats constituées depuis le milieu du XIXe siècle et disponibles jusqu’en 1987 ainsi que sur celui de toutes les sources nominatives disponibles sur le personnel judiciaire (registres matricules, registres de nomination, ordonnances et décrets originaux de nomination, Annuaires et Almanachs nationaux), elle donne, pour chaque magistrat, sa carrière, quelques éléments d’état civil, des indications de sources d’archives et une bibliographie.

 illustration logo de la base

L’information - avec ses lacunes liées aux sources – est disponible sur un siècle et demi, de 1827 à 1987, et concerne l’ensemble de la magistrature française qu’elle ait exercé son activité en métropole, en Afrique du nord ou dans les autres colonies.

La consultation de la base se fait comme pour un annuaire imprimé, soit à partir d’une liste alphabétique des magistrats en poste telle année, soit par juridictions. Accessible à tous, elle propose également aux chercheurs des interrogations plus précises, utiles pour constituer un corpus ou pour réaliser des analyses sur les informations présentes dans la base, portant notamment sur le déroulement des carrières dans la magistrature. (Source : Criminocorpus)

Consulter la base de données sur le site du Centre Georges Chevrier.

pied de page